Posted on 8-Mar-2020

Rendez-vous citoyen à l’occasion de la journée de la femme

Les rendez-vous citoyens 2020
لقاء الشعب 2020
لقاءات الشعب كيرجع من جديد فتبادل هاد العام. كل مرة فالشهر تبادل كيقترح عليكم عرض افلام وثائقية مع نقاشات مع المخرجين ديال هاد الافلام. لقاء الشعب فتبادل هو واحد الطريف من الوقت و ليكايتعتابر كواحد اللقطة زوينة لي كانتجمعو فيها و كانهضرو و كاناقشو واحد الموضوع من بزاف ديال المواضيع لي كتقيسنا كفئة من المجتمع.

Les rendez-vous citoyens reprennent à Tabadoul cette année. Un jour par mois Tabadoul propose une rencontre projection, un rendez-vous mensuel de débats conviviaux et informels, le rendez-vous citoyen de Tabdoul est un moment privilégié de rencontre autour de questions de société ou de sujets qui traversent l’actualité, qui nous interpellent…

La projection sera précédée d’un couscous pour les gourmands ! voir tarifs habituels

Programme :

19h-20h Présentation et projection

20h15 spectacle Ayoub

20h30 repas et concert Jonas & Joel

Titre : MAVIE

Durée :40 minutes

Style : long métrage documentaire, performance artistique et musicale

Auteur : Boysenfin

Synopsis :

Ma Vie est un film Artistique musical sur migration, imaginé et écrit par Boys enfin. Réalisé en 2019 au Maroc ( SafSaf, Merzouga, ainsi que dans certaines périphéries de Tanger et Marrakech ), grâce à l’apport et au soutien d’artistes tel que: Jonas (Cameroon); Youssef (Maroc); Mourad (Maroc);  Salima (Maroc); Mouley (Maroc); Fred( France); Juan Emilio (Espagne); Charles et sa femme (Belgique); Manuel (Belgique);  Thierry ( France); Jochoa ( Allemagne); tout le collectif Bien Venue, Sin É ángulo et Sahariano Sahariano, tous impliqués dans le projet dans un même esprit positif.  De manière à exprimer, démontrer et faire comprendre aux HOMMES que nous sommes tous immigrés sur la planète Terre, sans exception. En s’en appuyant bien plus fort du côté de l’amour, la paix et la solidarité.

Témoignage mystérieux, dévoilant les sentiments cachés que vivent les migrants tels que la peur, la nostalgie et le manque de confiance en soi dans sa spiritualité.

Ma Vie est le témoignage d’un migrant qui se fait révolution dans l’art pour se faire entendre. 

Biographie :

L’Artiste Boysenfin de son vrai nom JONAS JULIO DONGMO ZEFACK, né en Décembre 1991 à Douala (Cameroun), est originaire de l’Ouest Cameroun (Dschang). 

L’artiste, issu d’une famille modeste, a grandi dans la banlieue Maképé Missorqué où il a suivi ses études primaires et secondaires.  Depuis son enfance, il est passionné par la musique, les jeux d’acteur, la pratique du sport, voyager car, il adore la découverte. À l’âge de 10 ans (l’an 2000), l’artiste commence ses premiers pas dans l’écriture de ses premiers textes de RAP. Au vue des nombreux problèmes et du manque de compréhension de la part de son entourage, l’artiste abandonne l’écriture et le monde de la musique, sans s’intéresser aux études comme auraient voulu ses parents. L’artiste continue ses études pour faire plaisir et honorer ses parents comme il se doit dans sa coutume. Un jour en classe, alors qu’il a 14 ans, dans un ghetto du quartier, il décide de se faire et de porter un nom en tant qu’artiste. D’un esprit magique, c’est ainsi que Jonas se fait nommer Boyenfin. C’est en 2006 à l’âge de 16 ans, qu’il décide de quitter le cocon familial. Pour affronter la triste réalité de la Vie, et ainsi devenir Homme, il se retrouve dans la rue. Parce qu’il en a marre de cette vie de mensonges, d’hypocrisies et d’incompréhensions. Il passe 2 ans dans la rue afin d’enrichir plus son expérience. C’est ainsi qu’en 2008- 2009, il effectue son premier voyage à Kalaba (Nigeria). La même année, il retourne au pays pour continuer ses projets de voyages tels que le Gabon, la Guinée Equatoriale, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, et le Bénin. En décembre 2010- 2011, le jeune Jonas se fait rapatrier de Belgique pour son pays d’origine. En février 2011-2012 repart de son pays bien évidemment effectuant des nombreux pays tel que : Le Nigeria, Niger, Algérie y compris le Maroc toujours dans le même but d’arriver en Europe afin de pouvoir s’exprimer librement et d’avoir une vie meilleure. Ignorant les enjeux et la situation, il se rend compte que la vie n’est pas si rose qu’on le dit.  Au fil des années passées sur le territoire Marocain, le jeune Jonas ne parvient pas à traverser vers les enclaves du sol Espagnol tel que Melilla, Ceuta ou Tarifa. Depuis 2011et jusqu’à la fin 2016, le jeune garçon est déterminé à franchir et à vivre sur le territoire de l’Union Européenne. Toujours avec espoir, et l’éthique BOZA, il quitte la forêt de Nado (Gorogo) pour Tanger. 2 ans plus tard n’y parvenant toujours pas il décide de s’y installer. Il continue et recommence l’écriture et s’y développe dans plusieurs domaines tels que le texte musical, projet théâtrale, long et court métrage, projet collectif culturel, projet de livre et bien d’autres. En 2018 Jonas pour la première fois participe à une performance artistique de création et musique à la maison des femmes Dana avec Youssef El Yedidi, Stephen et bien d’autres en tant que Boyenfin. Il continue ses œuvres créatives et commence à s’y complaire. En Mars 2019 il présente son premier film « comics tours planet Herz » à la Cinémathèque de Tanger, participe au festival d’art indigène de Marrakech, participe aux Opens Mic à Tabadoul et Dana. La même année, il joue sur une pièce théâtrale sur le thème d’immigration, participe également à plusieurs événements culturels, et créé un collectif d’art culturel (Sahariano Sahariano). En décembre il travaille comme assistant de Frieder (réalisateur) et de Miriame (cameraman) du projet de film documentaire qui traite de la migration des enfants moins de 3 ans et leurs mamans. En janvier 2020 il participe aux Master class, Open Mic de Jazz’in Festival et il présente son deuxième long métrage « Ma Vie » au Chellah Beach Club. En février 2020 suite à la commémoration des migrants décédés, il interprète une présentation musicale et présente pour la deuxième fois le long métrage aux membres du réseau Arleme- Phone 

Pour la troisième fois, il le présentera au Centre Culturel Tabadoul. 

Entrée libre