Week-end du 16-17-18 février

Africa Tabadoul

Pendant trois jours, la culture africaine s’invite à Tabadoul, entre ateliers, musique, danse, gastronomie, théâtre, mode et design. Africa Tabadoul c’est un grand rendez-vous dédié à la culture africaine du Maroc.

On bouge tout au long de la soirée, on se déhanche sans retenue, et on se lance dans un cours de danse ou de percussions, ou simplement on flâne dans le marché solidaire ou on déguste des spécialités. AFRICA TABADOUL, c’est de nombreux partenaires associatifs et plus de 30 coachs, cuisiniers, créateurs de mode, artistes, musiciens, danseurs, coiffeurs provenant de plusieurs pays d’Afrique réunis pour nous apprendre à gérer les cheveux frisés, à assumer ses origines et à réfléchir à cette nouvelle éthnie, entre le Maroc et les autres pays d’Afrique.

Programme

Programme

Pendant tout le week end : de 12h à 23h exposition, marché, salon de coiffure et dégustation de produits gastronomiques

 

Vendredi 16 février

12h-15h couscous

15h ouverture du marché

18h-19h cours de danse afro

19h-20h30 projection

20h30-21h : spectacle de danse la compagnie

21h-22h : jam session spécial rencontres africaines

22h-23h : dj set

 

Samedi 17 février

11h-13h table ronde : Les professionnels du monde de la culture sous-estiment leur pouvoir , ils ont un rôle majeur à jouer dans l’accueil des personnes migrantes et l’intégration des réfugiés. Il ne s’agit pas là seulement d’un devoir humaniste mais d’un constat de l’immense force symbolique et médiatique des métiers de l’art et de la culture.

16h-17h15 Les Contes de l’Afrique – dessin animé en français – Contes pour enfants

18h-19h cours de danse

21h concert Arnaud N’gaza

22h30 dj set

 

Dimanche 18 février

11h-13h table ronde  : l’art peut-il sauver des vies ? Les bienfaits de l’art sur les populations mgrantes « L’art est un outil et un langage international qui peut être utilisé par tout le monde, et qui atteint tout le monde. L’art en général est un instrument sécurisé, participatif et facile à utiliser avec les enfants, en particulier les réfugiés. À travers l’art, ils peuvent évacuer leur stress, surmonter leurs peurs et parler de leur expérience sans s’exposer à aucun risque », Diaa Malaeb.

« Quand ils voient que les autres les écoutent et les apprécient, cela leur donne la confiance et l’estime de soi dont ils ont besoin pour surmonter le traumatisme qu’ils ont vécu pendant la guerre. »

15h : cours de percussions

16h :  cours de danse afro enfants

18h : défilé de mode